L’Homme a t’il l’exclusivité du Karma ?

Qui serait concerné par le Karma ?

Savoir que le karma éclaire la vie des hommes est une belle perspective.

Mais en a-t-on l’exclusivité ?

Il semble bien qu’il s’étende sur tout ce qui est vivant. Ainsi, les animaux et plantes auraient leur propre karma. That’s all folks ?

Et bien non ! Car il faut se poser la question pour tout le vivant, jusqu’à donc ses extrémités les plus éloignées de l’Homme. C’est-à-dire, à tout ce qui est incarné, visible ou invisible. Ainsi le minéral (les pierres…) a lui aussi un destin. Ce qui impliquerait que les planètes, les comètes et autres sortes de corps célestes ont eux aussi, bel et bien, leurs propres karma.

Or, nous l’avons vu le karma est un chemin vers quelque chose. Un mieux de préférence !

De l’infiniment petit à l’infiniment grand, il y aurait une ambition à évoluer.

De là à imaginer que le microbe se rêve fourmi, qui elle-même, ambitionne une vie de souris, etc… il y a un pas énorme à devoir entreprendre.

Mais alors pour en arriver à quoi au juste ? À l’homme ?

C’est ce que proposent certaines visions mystiques. L’homme devant se dépasser pour devenir un jour lui-même la nouvelle hiérarchie céleste (en dessous des anges) !

Il faut aussi évoquer qu’elles impliquent un karma de famille, des peuples…

D’un coup, le karma prend des dimensions tellement vastes que cela donne le vertige. Car si vous n’êtes pas réfractaires à cette idée de karma, seriez-vous capables de l’amener jusqu’à considérer que même des bâtiments posséderaient leur propre karma ?

Quelle peut être l’ambition d’une fourchette ? Est-elle du métal transcendé ? Son but est-il de devenir une pièce mécanique de notre automobile ? Et après ?

Si l’on accepte d’explorer karma, on peut entrevoir qu’il concerne toute forme de vie y compris celles de l’invisible.

Les dieux antiques auraient ainsi pu eux-mêmes suivre une évolution. Les anges devenir archange… bref une évolution vers le haut ! Ou bien entendu, vers le bas, pour ceux rejetant de jouer à ce jeu cosmique. C’est-à-dire, cette fameuse notion universelle du bien du mal avec le libre choix.

En effet, il y a certaines visions qui sous-entendent la possibilité de régression (Inde). Un homme mauvais pouvant se réincarner dans un chien, race qu’il maltraitait de son vivant. Au contraire, d’autres expliquent que, tant que vous n’avez pas dépassé les limites de votre état, vous  y revenez sans cesse. L’univers nous entraînant dans son lent et inexorable sillage. Il avance vers son propre karma en nous permettant d’expérimenter.

La question du karma est donc infiniment vaste. Au carrefour de tout.

Pour ne pas laisser cours à des états d’âme paralysants, il faut garder à l’esprit qu’il offre la possibilité de s’ouvrir à tout ce qui nous entoure dans une attitude de respect et d’humilité.

La fameuse responsabilité de l’homme dans ses actes est sa corollaire.

Le karma nous demande d’avancer avec envie et courage, d’oser vivre notre vie avec la conviction émue qu’une volonté cosmique (Dieu) veille sur toutes ces catégories de marcheurs et d’explorateurs.

Allez, reprenez donc un café et souriez, vous êtes filmés !

2 commentaires

  • Bonjour Vincent,

    Le terme Karma a une notation négative en Occident. De plus, il y a le dharma… En fait, nous devrions simplement parler de cause à effet, cause à effet pouvant être transcendés par la co-rédemption liée à toute la création déchue à cause de l’homme…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *